Retour

Brachard

LE GRAND LUSTRE DE BRACHARD S’EST CASSÉ !

Que faire quand la famille Brachard apprend qu’une des plumes qui ornent le lustre du magasin s’est cassée ?

« Nous avons tenté de retrouver son fabricant, sans succès. Tout ce que nous savions c’est que ce lustre venait de Murano en Italie » affirme Jean-Marc Brachard, cinquième génération.

Pour la petite histoire

Nous sommes dans les années 60 : Henri Perey, célèbre décorateur genevois, grand ami de la famille Brachard, est chargé de réaménager le magasin. Il dessine un lustre gigantesque afin d’orner le rez-de-chaussée. Le concept d’un si grand lustre n’était pas gagné d’avance puisque, pour des raisons techniques, il était risqué de suspendre une œuvre aussi lourde dans un bâtiment ancien. Le fabricant de verre a dû se déplacer pour vérifier si la chose était possible. Le modèle ayant été validé, le lustre était prêt à être réalisé à Murano par une fabrique de souffleurs de verre depuis des générations. Le
processus a duré plus d’une année et le montage plusieurs semaines.

Le lustre Murano chez Brachard : suspendu au milieu du magasin depuis les années 60.

Si aujourd’hui le lustre est un des objets les plus appréciés et les plus photographiés chez Brachard, les premières impressions de nos clients étaient mitigées : on le trouvait trop imposant et trop moderne. Progressivement, les genevois se déplacèrent rien que pour l’admirer et il est devenu un élément incontournable de l’histoire du magasin.

Le verre de Murano ?

Quand on parle de l’art du verre italien ou vénitien, on fait souvent référence aux sculptures, vases, lustres, et autres objets en verre décoratifs faits sur l’île de Murano, en Italie. Murano est une petite île dans la lagune de Venise, où l’art de la verrerie est une tradition plus que millénaire. Seuls les objets en verre faits à Murano peuvent être commercialisés en tant que Verre de Murano original.

Et la plume cassée dans tout ça ?

Ayant perdu tout contact avec la famille d’artisans, nous avons commencé un vrai travail de détective et les réseaux sociaux nous ont beaucoup aidés. Nous avons contacté quelques fabricants de verre à Murano et, un beau jour, un email écrit en un anglais approximatif nous parvient. Un monsieur se présentant comme l’arrière-petit-fils de notre fabricant de lustre nous affirme qu’il a trouvé un dessin qui pourrait probablement être le lustre en question. Après quelques vérifications, Hourra : il s’agissait en effet du modèle dessiné par Henri Perey. Il ne restait qu’à vérifier sur place et l’arrière-petit-fils est venu à Genève où il fut très ému de voir le travail de son arrière-grand-père.

Nos clients n’ont rien vu et le lustre a été restauré par la sixième génération d’artisans aussi talentueux qu’admirables.

Informations pratiques