Retour

Brachard

Les stores « corbeille » de chez Brachard doivent être changés !

Le 26 décembre 1999, la tempête Lothar n’épargne pas la rue de la Corraterie : un store protégeant nos vitrines s’envole, risquant de tuer un passant.

Réaction des autorités : les fameux stores en forme de corbeille qui ornaient les arcades du bas de la rue depuis presque cent ans doivent être remplacés par des stores droits que l’on appelle des stores bannes et que l’on trouve partout. « Nous avions alors deux choix : soit accepter ce changement, auquel cas nous perdions une des caractéristiques les plus esthétiques de Brachard, soit nous faisions recours sans garantie de succès » affirme Jean-Marc Brachard – cinquième génération.

Pour la petite histoire

Nous sommes en 1920 : un architecte travaillant pour la Ville de Genève, grand admirateur de la rue de la Corraterie rénove les trois immeubles appartenant à la Ville, soit les numéros 10-12-14 et modernise les devantures. Le store corbeille devient alors un véritable élément décoratif de la rue.

Lorsque le concept a été soumis à l’association des intérêts de la rue, il a été emporté par la majorité sauf un commerçant qui estimait que ces stores donnaient à la rue une ambiance « trop anglaise » à son goût. Cette voix discordante a mis le projet en péril, puisqu’il devait être accepté à l’unanimité pour sa mise en place.

Que faire ?

Après quelques concertations, l’idée d’inviter le fabricant de stores lui-même s’est imposée : le but était de le laisser présenter les avantages techniques et esthétiques de ce projet en espérant qu’il pouvait être plus convaincant. Le jour du rendez-vous, la lueur d’espoir de convaincre l’opposant est devenue une grande lumière : les deux personnes en question (le commerçant et le fabricant) tombent dans les bras l’un de l’autre. On découvre alors qu’ils se connaissaient depuis leur enfance et qu’ils ne s’étaient plus revus depuis des années.

Il va sans dire que le commerçant a donné son accord à ce projet et que le rendez-vous s’est transformé en une fête de retrouvailles.

Ainsi le modèle ayant fait l’unanimité, les stores corbeille étaient prêts à être réalisés et une année plus tard ils ornaient les façades du bas de la rue de la Corraterie.

Devenant un élément emblématique de la Corraterie, les stores corbeill ont marqué l’histoire de cette rue pendant des décennies.

Comment Brachard a su conserver ses stores ?

Comment faire après la tempête pour convaincre les autorités de pouvoir garder ces fameux stores corbeille ?

Nous avons commencé un vrai travail d’argumentation et nos archives nous ont beaucoup aidés. Nous avons contacté quelques journalistes et photographes pour nous faire parvenir articles et photos. Notre idée était de démontrer que ces stores faisaient désormais partie de notre ADN et que les remplacer reviendrait à casser cette histoire qui nous était chère.

Après quelques tergiversations, la décision est tombée : Nous pouvions garder ce modèle de store en forme de corbeille. Nos clients n’ont rien su et les stores ont été restaurés par le fabricant.

Informations pratiques